Le marché de l’emploi en 2024 : qui en profitera le plus, les candidats ou les employeurs ?

Il est crucial de s’interroger sur l’évolution du marché de l’emploi en France. Dans quelle direction se dirige-t-on pour 2024 ? Quels seront les acteurs les plus avantagés : les candidats ou les employeurs ? Pour répondre à ces interrogations, nous allons nous baser sur les analyses des experts et les tendances actuelles pour faire une projection de l’avenir du marché de l’emploi.

Retour à la normale du taux d’emplois vacants

En France, le marché de l’emploi a connu des bouleversements majeurs depuis 2021. La pandémie a profondément modifié le paysage économique. Toutefois, les analyses du Hiring Lab, le département de recherche économique d’Indeed, nous dévoilent une tendance encourageante : le taux de postes non pourvus, en hausse significative depuis 2021, commence à redescendre vers la fin de 2023.

Ce retour vers la normalisation du marché du travail est une bonne nouvelle pour les entreprises et les candidats. Cela signifie que la majorité des postes vacants devraient être pourvus, réduisant ainsi les difficultés de recrutement rencontrées par les entreprises. Parallèlement, cela indique que les candidats ont plus d’options d’emploi, réduisant potentiellement le taux de chômage.

Ralentissement notable de la recherche de personnel par les entreprises

Cependant, malgré le signal positif de la baisse du taux de postes non pourvus, certaines tendances pourraient avoir des implications pour le marché de l’emploi en 2024. On observe un ralentissement dans la recherche de personnel par les entreprises, spécifiquement dans le secteur industriel où l’indice de confiance est inférieur à la moyenne historique.

En effet, les entreprises semblent faire preuve de prudence pour l’année à venir. Elles se montrent moins enclines à recruter massivement, ce qui pourrait résulter en moins d’offres d’emploi sur le marché. Les candidats pourraient donc avoir moins d’options d’emploi, et il pourrait être plus difficile pour eux de trouver un emploi convenable.

Chômage stagnant et vieillissement de la population active

Un autre facteur à prendre en compte pour 2024 est le taux de chômage. Celui-ci semble se stabiliser, ne connaissant plus de baisse significative. En parallèle, la durée moyenne d’inscription à Pôle emploi a diminué, passant de 360 jours au premier trimestre 2022 à 313 jours. Cela suggère que les demandeurs d’emploi s’adaptent progressivement et acceptent plus rapidement les offres d’emploi.

Ces tendances pourraient être affectées par le vieillissement de la population active. La réforme des retraites d’avril 2023 a révisé l’âge de départ de 62 à 64 ans, impactant ainsi le volume et la structure de la population active. Cette évolution pourrait rendre la conjoncture moins favorable pour les chercheurs d’emploi, avec plus de personnes actives et moins de création d’emplois.

2024 : une année de défis pour les candidats et les employeurs

En conclusion, le marché de l’emploi en 2024 présente des défis pour les deux parties, les candidats et les employeurs. Les entreprises devraient faire face à un ralentissement dans leur recherche de personnel et un vieillissement de la population active. D’un autre côté, les candidats pourraient se retrouver face à un marché du travail moins dynamique et des offres d’emploi potentiellement plus limitées.

Alors, qui en profitera le plus en 2024 ? Il est difficile de donner une réponse définitive. Cependant, ce qui est certain, c’est que le marché du travail en 2024 demandera à la fois aux candidats et aux employeurs d’être plus stratégiques et proactifs dans leur approche.